Accueil » Nos conseils travaux » Bouilloire thermique : comment renouer avec le confort d’été ?

Bouilloire thermique : comment renouer avec le confort d’été ?

Vous pensez que votre logement est une bouilloire thermique ? Nombreuses sont les solutions à mettre en œuvre pour retrouver du confort en été. Il est toutefois difficile de savoir quelles sont celles qui seront les plus efficaces pour contrer les vagues de chaleur de plus en plus fréquentes. On vous donne quelques clés pour les identifier ! 
Temps de lecture : 7 min
Rédigé par : S.
Dans cet article

Une bouilloire thermique, c’est quoi ?

Une bouilloire thermique désigne un logement qui ne reste pas frais en été. C’est l’inverse de la passoire thermique qui, au contraire, ne retient pas la chaleur en hiver. Bien que ce terme soit récent, certains indicateurs permettent de déterminer si une habitation est une bouilloire thermique.

Les caractéristiques d’une bouilloire thermique

Défaut d’isolation thermique, défaillance dans la ventilation, présence de matériaux qui captent et amplifient le rayonnement solaire, absence de végétation, etc. Tous ces facteurs peuvent conduire un appartement ou une maison à devenir une étuve à la saison chaude.

La réglementation environnementale de 2020 (RE 2020) pour les constructions neuves a marqué une rupture avec les précédentes réglementations grâce à sa prise en compte, pour la première fois, du confort estival. Elle a introduit un nouvel indicateur, le degré heure (DH).

Degré heure, késako ?

Le DH calcule le nombre d’heures durant lesquelles la température d’un logement a excédé le seuil de confort minimal pour ses occupants. Un logement confortable doit être en mesure de maintenir une température comprise entre 26 et 28 °C le jour, et 26 °C la nuit.

 

  • Un DH de 350 représente 1 semaine d’inconfort par an, ce qui est conforme à la RE 2020.
  • Un DH de 1 250 équivaut à 25 jours d’inconfort par an, ce qui ne l’est pas et permet d’identifier le logement comme défaillant en matière de confort estival.

Quelle est la différence avec une passoire thermique ?

Une bouilloire thermique met à mal le confort estival, tandis qu’une passoire thermique perturbe le confort hivernal de ses occupants. Pour autant, les deux notions ne renvoient pas à deux types de logements différents puisqu’une bouilloire thermique est souvent une passoire thermique en hiver. En cause, les défaillances de l’isolation thermique de ces bâtiments.

En dehors d’une mauvaise isolation thermique, les autres facteurs de risque sont à chercher du côté de la localisation et de l’orientation des bâtiments. Les maisons et appartements implantés dans les îlots de chaleur urbaine (ICU), les logements situés sous les toits et les habitations dont les parois vitrées sont orientées au sud ou à l’ouest sont plus susceptibles de devenir des bouilloires thermiques en été.

Quel risque pour un logement rénové de surchauffer en été ?

Parfois, il arrive qu’un logement rénové devienne invivable durant les vagues de chaleur causées par le changement climatique. C’est le cas lorsque le confort estival n’a pas été pris en compte. Si vous comptez rénover votre logement, il vous faut choisir vos isolants avec précaution. Certains isolants sont, en effet, excellents contre le froid mais sont peu efficaces contre la chaleur en raison d’une inertie thermique et d’un déphasage thermique faibles.

Le déphasage thermique représente le temps que met la chaleur venant de l’extérieur à traverser un isolant et à réchauffer l’air intérieur d’un logement. Plus il est court, moins l’isolant protège de la chaleur estivale et vice-versa. Sachez que les isolants biosourcés tels que la ouate de cellulose, la fibre de bois et le liège sont les plus performants en la matière.

Adrien, référent technique rénovation

 

Comment rénover une bouilloire thermique ?

En matière de rénovation énergétique, plusieurs actions peuvent être engagées avec de bons résultats sur le confort estivale. Vous pouvez vous attaquez en priorité à l’amélioration de l’isolation thermique de votre maison ou de votre appartement puisque c’est celle qui vous apportera le plus de bénéfices.

La priorité en maison comme en appartement : l’isolation thermique

Lorsqu’elle est bien hermétique, l’enveloppe d’un bâtiment limite de façon efficace les échanges de chaleur entre l’intérieur et l’extérieur. C’est la principale solution pour résoudre les problèmes de hausse de température dans votre maison ou votre appartement. En engageant des travaux d’isolation, vous pourrez d’ailleurs faire d’une pierre deux coups : maintenir la chaleur dans votre habitation en hiver, et conserver la fraîcheur en été.

L’enjeu est de choisir les isolants les plus adaptés au confort estival, c’est-à-dire ceux avec la plus forte inertie thermique et le meilleur déphasage thermique. Pour vous donner un exemple, optez pour la fibre de bois ou le liège dont l’inertie thermique est importante pour l’isolation de vos murs. Ensuite, pour un déphasage thermique idéal, privilégiez l’isolation par l’extérieur avec une épaisseur suffisante d’isolant. Vous limiterez ainsi au mieux les entrées de chaleur dans votre intérieur pendant les heures les plus chaudes de la journée.

Pensez aussi à la ventilation… La mise en place d’un système de VMC (Ventilation Mécanique Contrôlée) permet de réduire les entrées d’air venant de l’extérieur en journée. La ventilation naturelle, à l’inverse, est bénéfique durant la nuit pour faire baisser la température intérieure.

Adrien, référent technique rénovation

L’enjeu de la protection solaire et de l’adaptation du logement

Vous habitez une maison ou un appartement plutôt bien isolé et cherchez d’autres solutions pour vous prémunir contre les fortes chaleurs ? Avez-vous pensé à installer des protections solaires sur vos ouvertures vitrées, à changer vos revêtements extérieurs ou à végétaliser l’environnement direct de votre logement ?

  • Volets, persiennes, pare-soleils, auvents, balcons profonds…en réduisant le rayonnement solaire direct sur vos fenêtres et baies vitrées, les protections solaires aident à limiter le réchauffement de votre intérieur.
  • L’installation d’un vitrage anti-chaleur sur vos grandes parois vitrées orientées au sud ou à l’ouest peut aussi être un plus. Grâce à lui, les rayons du soleil sont filtrés de façon à ne laisser passer que la luminosité et non la chaleur.
  • Le ravalement de vos façades est une bonne occasion d’améliorer votre confort estival. Fiez-vous à l’albédo des couleurs pour refaire vos murs extérieurs : il mesure la capacité d’une surface à réfléchir la lumière du soleil. Les couleurs claires sont tout indiquées.
  • C’est connu, la végétalisation est un bon moyen de limiter le rayonnement solaire sur les bâtiments. Vous gagnerez à verdir votre jardin, votre balcon ou même votre toiture. Un toit végétalisé améliorera l’isolation thermique de votre logement, en été comme en hiver.

Le sujet de la climatisation

Face à l’allongement des périodes de canicule, vous envisagez peut-être d’installer une climatisation. Un tel système de rafraîchissement apparaît souvent comme la clé pour retrouver un confort estival. Toutefois, elle présente l’inconvénient d’être coûteuse, car gourmande en électricité. En milieu urbain, la climatisation a aussi pour défaut de renforcer le phénomène des îlots de chaleur en rejetant l’air chaud à l’extérieur.

Si vous souhaitez tout de même recourir à la climatisation pour affronter les fortes chaleur, vous pouvez installer des panneaux solaires photovoltaïques pour alimenter votre climatiseur ou votre pompe à chaleur air-eau. De quoi réduire votre impact environnemental.

 

Quelles sont les aides financières disponibles ?

Rénover à moindres frais est possible avec les aides financières à la transition énergétique. Pensez à construire votre projet en vérifiant votre éligibilité aux solutions de financement majeures que sont la Prime Énergie Sonergia et MaPrimeRénov’.

La Prime Énergie Sonergia

Cette aide est rattachée au dispositif des certificats d’énergie (CEE) de la loi POPE qui impose aux fournisseurs d’énergie de réaliser des économies d’énergie. Ouverte aux propriétaires occupants et bailleurs, ainsi qu’aux locataires, elle est attribuée sans condition de ressource pour les travaux d’isolation, de chauffage et climatisation, de ventilation, etc. Sachez que vous pouvez toucher jusqu’à 5 000 € d’aide.

MaPrimeRénov’

Financée par l’État, cette subvention peut être attribuée dans le cadre d’une rénovation par geste ou d’une rénovation d’ampleur. Les montants d’aide dépendent du niveau de revenu du ménage qui en fait la demande. Elle est destinée aux propriétaires occupants et bailleurs de logements utilisés à titre de résidence principale. Vous pouvez toucher jusqu’à 11 000 € d’aide en monogeste et jusqu’à 80 % d’une assiette de travaux de 70 000 € en rénovation globale.

Depuis janvier 2024, MaPrimeRénov’ tient compte de l’importance du confort d’été et aide à lutter contre les bouilloires thermiques en finançant de nouveaux travaux. Dans le cadre d’une rénovation d’ampleur, vous pouvez désormais faire financer l’installation d’une pompe à chaleur (y compris air-air), de brasseurs d’air et de protections solaires de parois vitrées par l’Anah.

 

Les bouilloires thermiques en bref
  • Les bouilloires thermiques sont des logements qui protègent mal de la chaleur.
  • Ce sont souvent aussi des passoires thermiques en raison de leur mauvaise isolation.
  • Pour éviter la surchauffe en été, les travaux d’isolation thermique sont incontournables.
  • En complément, vous pouvez installer des protections solaires sur vos ouvertures vitrées et rendre votre logement moins sensible au rayonnement solaire : changement de la couleur de vos murs extérieurs, végétalisation de votre toiture, etc.
  • L’installation d’une climatisation est à double tranchant : elle vous apporte du confort mais demeure coûteuse et polluante. Pour atténuer votre impact environnemental sans sacrifier votre confort, privilégiez une pompe à chaleur air-eau, et envisagez l’installation de panneaux photovoltaïques.
  • Pour l’ensemble de vos travaux, ayez le réflexe Prime Énergie Sonergia et MaPrimeRénov’.

 

Nos équipes répondent à vos questions

Quel est le meilleur isolant pour le confort d’été ?

Ce sont les isolants qui profitent d’une grande inertie thermique et donc d’un long déphasage thermique : ouate de cellulose, fibre de bois ou liège.

  • L’inertie thermique d’un isolant est sa capacité à emmagasiner la chaleur (ou le froid, en hiver) pour la restituer peu à peu. Plus un matériau est lourd et compact, plus son inertie thermique sera importante. Les isolants synthétiques très légers sont donc déconseillés pour améliorer le confort d’été.
  • Le déphasage thermique est la capacité d’un isolant à différer les variations de température. Cette performance est liée à l’inertie thermique de l’isolant en question, mais aussi au type d’isolation entrepris (intérieur / extérieur, épaisseur d’isolant).

Comment diagnostiquer l’isolation d’une maison ?

Plusieurs options s’offrent à vous selon le niveau de détail que vous attendez.

  • Le diagnostic de performance énergétique vous offre un premier état des lieux, avec l’attribution d’une note qui vous permet de situer l’efficacité énergétique de votre maison.
  • L’audit énergétique va plus loin en proposant un bilan énergétique exhaustif, accompagné de pistes d’amélioration concrètes, détaillées et personnalisées.

Le DPE comme l’audit énergétique font appel aux compétences d’un professionnel, et sont donc payants. Si vous ne souhaitez pas vous engager dans cette voie, réalisez tout simplement une simulation de DPE en ligne grâce à notre outil gratuit.

Rédigé par : Stéphanie

Sensible aux enjeux de la transition écologique, Stéphanie se consacre à partager ses découvertes sur les travaux de rénovation énergétique. À travers ses articles, elle souhaite vous aider à faire des choix plus responsables pour votre logement et la planète.

Plus de conseils pour vous aider à rénover