Accueil » Actualités » Quelle isolation mince pour les murs intérieurs ?

Quelle isolation mince pour les murs intérieurs ?

Vous avez choisi d'isoler vos murs par l'intérieur mais redoutez de perdre beaucoup d'espace habitable dans votre logement ? Les isolants minces ne sont pas forcément une solution ! Découvrez leurs caractéristiques, leurs modalités d'installation et leurs alternatives...
Temps de lecture : 7 min
Rédigé par : S.

Les isolants minces : pourquoi et à quel prix ?

Légers, simples à installer et résistants, les isolants minces se reconnaissent à leur enveloppe en aluminium. Apprenez-en plus sur leur composition et leur prix pour vous faire une idée de ce qu’ils peuvent vous apporter…

À quoi ressemble un isolant mince ?

Vous avez sûrement déjà vu des isolants minces dans des bâtiments, sans même le savoir, sous la forme d’un revêtement brillant gris au niveau d’un plafond par exemple. En effet, l’apparence d’un isolant mince, aussi appelé produit mince réfléchissant (PMR) est celle d’une couverture de survie. Le PMR se compose de fines couches d’isolants qui sont placées entre deux films en aluminium. Les isolants minces sont légers et de faible épaisseur. Les plus fins font quelques millimètres d’épaisseur et les plus épais plusieurs centimètres. Ils se présentent en rouleaux.

Bon à savoir

Les isolants minces peuvent aussi être nommés isolants fins, multicouches, réflecteurs, thermo-réflecteurs, multi-réflecteurs, thermo-réflectifs ou films minces.

De quels matériaux sont-ils composés ?

Vous vous demandez ce qui se cache dans l’enveloppe d’aluminium des isolants minces ? Le cœur des PMR contient soit des matériaux à bulles, soit des isolants multicouches à base de polyéthylène à bulles, mousse plastique, ouate, feutre, laines minérales ou animales. Certains isolants minces contiennent des matériaux recyclés ou biosourcés. Il s’agit, notamment, de la ouate de polyester, produite à partir de bouteilles plastiques usagées, ou de fibres de lin, provenant de chutes de tissus de l’industrie textile.

Combien coûte un isolant mince ?

Les isolants multicouches coûtent entre 5 et 20 €/m². Il faut ajouter le coût de la mise en œuvre dont le prix varie entre 30 et 45 €/heure de pose. À titre de comparaison, la laine de roche coûte entre 13 et 16 €/m² et elle assure une isolation performante.

 

Les performances des isolants multicouches

Passons à la question qui vous intéresse : un isolant mince est-il efficace pour l’isolation de vos murs par l’intérieur ? Comme pour tout isolant, c’est la valeur de sa conductivité thermique qui informe de ses performances. Celle des produits minces réfléchissants est plutôt bonne, mais son épaisseur ne permet d’obtenir une résistance thermique suffisante. il vous faudra donc les utiliser en complément d’une isolation traditionnelle. Explications…

Une bonne conductivité thermique

La conductivité thermique (λ) mesure la capacité d’un matériau à conduire la chaleur. Elle est exprimée en W/m.K (Watts par mètre Kelvin). Plus ce coefficient  de conductivité thermique est faible, meilleure est la performance isolante du matériau. Or, les produits minces réfléchissants les plus performants ont une conductivité thermique de 0,0033 W/m².K, donc très proche de celle de la laine de roche : 0,0035 W/m².K. Un bon résultat donc !

Une mauvaise résistance thermique

La résistance thermique (R) indique la capacité d’un matériau à résister au passage de la chaleur ou du froid. Elle exprime le rapport entre l’épaisseur et la conductivité thermique du matériau. Elle prend la forme d’un coefficient exprimé en m².K/W (mètres carrés Kelvin par Watt). Plus ce coefficient est élevé, meilleure est la capacité isolante du matériau. Pour une épaisseur comprise entre 0,5 et 3 cm, la résistance thermique des films minces dépasse rarement les 2 m².K/W. D’où le mauvais bilan des films minces.

Un bilan très mitigé pour les isolants minces

Vous l’avez compris, les isolants minces n’égalent pas les performances des isolants classiques. En cause, leur faible épaisseur qui ne leur offre pas une résistance thermique suffisante. Forte de ce constat, l’ADEME (Agence de la transition écologique) oblige les artisans à utiliser les produits minces réflecteurs en complément d’une isolation traditionnelle.

Son avis se fonde sur deux études réalisées en 2007 dans le cadre du PREBAT (Programme de Recherche et d’Expérimentation sur l’Énergie dans le Bâtiment). Ces études affirment qu’une épaisseur de 2 cm d’isolant mince est équivalente à 6 cm d’isolant classique. Or, une épaisseur de 8 à 15 cm d’isolant est nécessaire afin que les travaux d’isolation des murs par l’intérieur puissent bénéficier de subventions gouvernementales.

Sont-ils éligibles aux aides gouvernementales ?

Vous n’êtes pas sans savoir que l’octroi des aides financières va de pair avec le respect des exigences de la réglementation qui portent (entre autres) sur la performance des matériaux utilisés. La résistance thermique des isolants à positionner sur vos parois intérieures doit a minima atteindre 3,7 m².K/W.

Ce n’est donc pas le cas de la résistance thermique des PMR, bien inférieure à cette valeur seuil. Les isolants minces ne peuvent donc vous donner droit à des aides financières que combinés à un isolant classique qui permette d’atteindre une résistance thermique conforme au seuil fixé.

 

Les points forts et faibles des isolants multicouches

La simplicité de mise en œuvre et la légèreté des isolants minces sont leurs principaux atouts pour votre projet d’isolation de murs par l’intérieur. Mais ils ont aussi des désavantages notables comme leur coût et leur utilisation conjointe à un matériau d’isolation classique….

Les points forts des isolants thermo-réflecteurs

Les isolants minces sont légers, rapides à poser et s’adaptent à des supports de tout type et de toute forme. Ils résistent très bien à l’humidité, aux moisissures et aux nuisibles. Grâce à leur faible perméabilité à la vapeur d’eau, ils jouent aussi un rôle de pare-vapeur.

Si vous rénovez une chambre mansardée ou des combles habitables et que vous disposez d’une bonne isolation, vous pouvez utiliser un PMR en complément d’une isolation classique pour son côté pratique : vous n’aurez qu’à l’agrafer à vos murs. Si vous êtes sensible à l’innocuité des matériaux servant à l’isolation des murs, vous serez heureux de savoir que les isolants multicouches n’émettent aucune poussière dangereuse et n’irritent pas la peau.

Les points faibles des isolants minces

Si vous souhaitez respecter la réglementation en vigueur et bénéficier des aides financières qui leur sont associées, vous ne pourrez pas utiliser les isolants multi-réflecteurs seuls, que ce soit pour l’isolation de vos murs, de vos combles ou de votre toiture. Résultat, votre rénovation vous coûtera plus chère en vous procurant une isolation thermique dans la moyenne et une isolation phonique faible.

 

Comment réaliser une isolation de mur avec un PMR ?

Vous savez maintenant que les produits minces réfléchissants, malgré leurs atouts, ne peuvent pas isoler efficacement vos murs. Sauf si vous les associer à une isolation traditionnelle pour obtenir une performance thermique suffisante.

La pose d’isolant mince sur les parois intérieures

L’efficacité de toute isolation repose sur la qualité de sa mise en œuvre. Voici les grandes étapes que devra respecter votre professionnel pour l’isolation de vos murs intérieurs…

  • créer une lame d’air sur une face du film mince sur une épaisseur de 2 cm ;
  • tendre l’isolant mince au maximum et le fixer à l’aide d’une agrafeuse ;
  • recouvrir les différentes bandes d’isolant sur 5 à 10 cm pour éviter les ponts thermiques ;
  • poser un ruban adhésif au niveau des jonctions pour améliorer l’étanchéité à l’air ;
  • adapter un enduit ou un revêtement sur l’isolant mince pour le protéger.

L’association d’un film fin à une isolation classique

Vous souhaitez une isolation par l’intérieur performante et qui soit éligible aux aides dédiées à la rénovation énergétique ? Associez votre isolant mince à un isolant classique : l’isolation de vos murs par l’intérieur répondra alors aux normes fixées par le gouvernement. Pour perdre le moins de surface habitable possible, il vous faudra choisir parmi les isolants les plus minces et les plus efficaces.

La pose de l’isolant fin se fait toujours après celle du matériau isolant classique. Le film mince qui joue le rôle de pare-vapeur est ainsi situé du côté chauffé de la paroi. De quoi éviter tout problème de condensation.

Adrien, référent technique rénovaiton

 

Les meilleures alternatives aux isolants minces

Vous n’êtes pas convaincu par les isolants minces et souhaitez recourir à un isolant classique qui ne vous fasse pas perdre trop d’espace dans votre intérieur ? Des alternatives existent : certains isolants très performants n’ont pas besoin d’une grande épaisseur pour répondre aux exigences de la réglementation. C’est le cas du polyuréthane… En revanche, vous devrez éviter certains isolants plus volumineux comme la fibre de bois.

Le polyuréthane, le plus mince des isolants

Le polyuréthane est un matériau synthétique qui présente une excellente performance en matière d’isolation thermique. Surtout, il est reconnu pour sa faible épaisseur qui préserve l’espace habitable tout en garantissant une isolation optimale. Une option à considérer avec attention pour votre projet d’isolation.

Le polystyrène expansé, un isolant peu épais

Le polystyrène expansé est une autre alternative intéressante pour une isolation mince. Cet isolant synthétique, léger et facile à manipuler, est reconnu pour son bon rapport qualité-prix. Bien plus, il affiche de bonnes performances thermiques grâce à un coefficient de conductivité thermique très faible. Vous l’apprécierez aussi pour sa capacité à s’adapter à toutes les zones de votre habitat : murs intérieurs, combles ou planchers.

Les laines minérales, le bon compromis

Les laines minérales, comme la laine de verre ou de roche, sont aussi une option. Leur avantage réside dans leur performance thermique et leur résistance au feu. L’épaisseur nécessaire pour une bonne isolation avec ces matériaux est en général plus importante que pour les isolants minces, mais leur performance thermique est aussi plus élevée. Leur coût est généralement compris entre 13 et 16 €/m².

Quelle différence entre ces deux laines minérales ? La laine de verre est dotée d’une excellente performance thermique et acoustique. En plus, elle résiste au feu et aux nuisibles. La laine de roche se caractérise par sa performance thermique, phonique, et sa résistance au feu.

Les meilleurs matériaux pour les murs intérieurs en bref

 

L’isolation mince des murs intérieurs en bref
  • Les isolants minces ou produits minces réfléchissants sont faciles et rapides à installer.
  • Dotés d’une structure multicouche, ces matériaux ont aussi une fonction de pare-vapeur.
  • Pour atteindre les valeurs seuils de résistance thermique, vous devez combiner les films minces à une isolation traditionnelle. Résultat, vous ne perdez pas moins d’espace habitable.
  • Les alternatives aux isolants minces ? Le polyuréthane, le polystyrène expansé ou les laines de verre et de roche, aux qualités isolantes supérieures et aux épaisseurs peu importantes.

 

Nos équipes répondent à vos questions

Quel est l’isolant le plus fin et le plus performant ?

Les isolants minces connus sous le nom de produits minces réfléchissants (PMR) ne permettent pas lorsqu’ils sont utilisés seuls d’atteindre les valeurs seuils de résistance thermique. Tournez-vous de préférence vers le polyuréthane, le polystyrène expansé ou les laines de verre et de roche, aux qualités isolants supérieures et aux épaisseurs peu importantes.

Faut-il privilégier la laine de verre ou un isolant mince ?

La laine de verre sans hésiter ! Un isolant mince ne vous permettra pas d’améliorer de façon significative la qualité de votre isolation : il vous faudra l’associer à un isolant classique. Il est ainsi préférable de privilégier d’entrée de jeu un isolant classique comme la laine de verre. Doté du meilleur rapport performance-prix, cet isolant est un excellent choix pour votre isolation !
Rédigé par : Stéphanie

Sensible aux enjeux de la transition écologique, Stéphanie se consacre à partager ses découvertes sur les travaux de rénovation énergétique. À travers ses articles, elle souhaite vous aider à faire des choix plus responsables pour votre logement et la planète.

Plus de conseils pour vous aider à rénover