Accueil » Actualités » Pourquoi choisir une VMC simple flux ?

Pourquoi choisir une VMC simple flux ?

Vous cherchez une alternative simple et économique à la ventilation naturelle pour votre maison ? Découvrez la VMC simple flux... Facile à installer et à entretenir, ce type de ventilation limite les pertes de chaleur dans votre logement sans vous faire consommer trop d'énergie. C'est la solution de ventilation idéale en rénovation !
Temps de lecture : 10 min
Rédigé par : S.

VMC simple flux : c’est quoi ?

Vous en entendez beaucoup parler mais ne savez peut-être pas ce qui fait sa particularité… Qu’est-ce qui caractérise la VMC simple flux ? Comment fonctionne-t-elle ? En quoi est-elle différente de la VMC double flux ? Vous saurez tout…

L’intérêt de la ventilation mécanique contrôlée

Qui dit bonne ventilation de votre logement, dit bonne qualité de votre air intérieur !
Pour vous en assurer, vous avez deux grandes options :

  • la ventilation naturelle qui se sert des différences de pression provoquées par le vent pour assurer la circulation de l’air d’une pièce à l’autre en continu ;
  • la ventilation mécanique qui s’appuie sur un système motorisé pour garantir un renouvellement contrôlé et continu de l’air intérieur mais aussi maintenir un équilibre d’apport et d’évacuation d’air tout au long de la journée. C’est cette grande maîtrise des échanges d’air permet à la ventilation mécanique contrôlée de limiter les déperditions de chaleur, en particulier en hiver. C’est là son principal avantage !

Le fonctionnement de la VMC simple flux

Vous avez retenu que la VMC simple flux fonctionne avec un système motorisé ? Il s’agit d’un extracteur électrique qui agit comme un ventilateur inversé. Souvent situé dans le grenier, il aspire l’air vicié de votre intérieur et fait entrer l’air neuf de l’extérieur. En aspirant l’air, cet extracteur crée une dépression dans votre logement ce qui permet à l’air extérieur de s’y engouffrer naturellement.

Notez que l’air vicié est évacué par les bouches d’extraction situées dans vos pièces de service qui contiennent un point d’eau (salle de bain, toilettes, cuisine) et concentrent l’humidité. L’air soufflé, quant à lui, est introduit par les bouches d’entrées d’air situées dans vos pièces principales (salle à manger, salon, bureau, chambres).

Adrien, référent technique rénovation

La différence avec la VMC double flux

La différence tient aux flux de l’air extrait et de l’air soufflé…

La VMC simple flux aspire l’air vicié et le rejette tout de suite à l’extérieur. Dans le même temps, elle rejette donc aussi de l’air chaud. Pour compenser cette perte d’air, elle fait ensuite entrer de l’air frais de l’extérieur. La température de l’air est doublement affectée : par l’extraction d’air chaud et par l’insufflation d’air frais. Résultat, le renouvellement de l’air s’accompagne de déperditions de chaleur qui peuvent peser sur votre facture de chauffage.

La VMC double flux aspire l’air vicié mais, avant de le rejeter, récupère sa chaleur pour la transférer à l’air frais entrant par le biais d’un échangeur thermique. Les pertes de chaleur sont ainsi limitées, ce qui garantit un meilleur maintien de la température intérieure mais aussi une meilleure gestion de l’humidité intérieure. L’avantage, c’est que vous gagnez en confort. L’inconvénient, c’est que vous consommez plus d’énergie.

La VMC double flux étant beaucoup plus onéreuse et plus difficile à installer et à entretenir que la VMC simple flux, c’est souvent cette dernière qui l’emporte en rénovation. Laissez-vous le temps de la réflexion avant de prendre votre décision.

 

Les différents types de VMC simple flux

VMC autoréglable, VMC hygrovariable, hygroréglable A ou B, à détection de présence ou à ouverture manuelle… Vous ne savez pas faire la différence entre ces types de VMC simple flux ? Voici quelques éclairages…

VMC simple flux

VMC simple flux autoréglable

VMC simple flux hygroréglable

VMC simple flux hygroréglable

C’est le modèle de VMC simple flux le plus courant et le moins cher. Dans ce type de ventilation, les débits du moteur, les bouches d’extraction et les entrées d’air sont fixes.

Pertinente pour la rénovation, la VMC simple flux autoréglable propose tout de même deux vitesses de fonctionnement pour répondre à des besoins ponctuels. Le plus souvent, vous pouvez effectuer le passage du débit normal au débit maxi grâce à un interrupteur placé dans votre cuisine ou votre salle de bain.

Le point faible de ce système de régulation, c’est qu’il ne prend pas en compte le taux d’humidité dans l’air ce qui engendre des utilisations inutiles. L’air est évacué qu’il soit vicié ou non.

Ce modèle de VMC propose une optimisation intéressante. Une VMC simple flux hygrovariable voit son débit d’air s’adapter en fonction du taux d’humidité dans l’air (hygrométrie). L’ouverture des bouches d’extraction dépend donc du taux d’humidité de votre pièce ce qui rend votre VMC plus économe. Vous avez le choix entre trois types de VMC hygroréglables…

VMC hygroréglable A, le modèle de base

La VMC hygro A ne s’enclenche pour évacuer l’air intérieur que lorsqu’il est trop humide. Seules les bouches d’extraction d’air sont hygroréglables. Les entrées d’air restent donc autoréglables, d’où une arrivée d’air neuf en continu. Vous bénéficiez ainsi d’une évacuation de l’humidité performante et évitez les utilisations inutiles. Lorsque vous n’occupez pas votre habitation ou que votre air intérieur est sec, votre système de ventilation tourne au minimum. Un bon point pour votre consommation d’énergie !

VMC hygroréglable B, le modèle avancé

Avec une VMC hygro B, le renouvellement de votre air est adapté de bout en bout à vos besoins. Le débit d’air est contrôlé dans son ensemble puisque les bouches d’extraction et les entrées d’air sont toutes régulées en fonction de l’hygrométrie. Ce système de régulation avancé offre une meilleure gestion de l’humidité et des déperditions de chaleur dans votre intérieur. La quantité d’air neuf est limitée ce qui diminue d’autant vos besoins en chauffage. Si vous optez pour une VMC hygro, privilégiez ce modèle.

VMC avec bouches à détection de présence

De plus en plus de VMC simple flux hygroréglable disposent de bouches à détection de présence. Il suffit qu’une présence soit détectée pour que l’ouverture de la bouche d’extraction soit forcée afin d’augmenter le débit de l’air extrait. Un système très utile dans une salle de bain pour un dégagement de l’humidité plus efficace.

 

La VMC simple flux en pratique

Envie de passer à la pratique ? Découvrez sur quels critères choisir votre VMC simple flux, comment l’installer et quels sont les coûts à envisager pour son achat et sa pose.

Comment choisir une VMC simple flux ?

Consommation électrique, fonctionnalités, capacité, dimensions ou encore gêne sonore. Choisissez plus facilement votre VMC simple flux à l’appui de ces 5 critères. Explications…

La consommation électrique

C’est le premier critère de choix ! Sachez qu’il existe des ventilations mécaniques contrôlées à basse consommation, dites microwatt. Le plus souvent, ce sont des VMC hygroréglables. Alors qu’un extracteur d’air classique consomme 45 W, un extracteur microwatt consomme moins de 15 W. Une source d’économies non négligeable si vous reportez ce gain sur votre consommation électrique annuelle. Vous paierez votre VMC microwatt environ 100 € mais économiserez environ 40 € dès la première année. Vous rentrerez donc très vite dans vos frais !

Le prix du matériel et de la pose

Autre critère d’importance, le prix de votre futur équipement. Dans le cadre d’une rénovation, comptez 750 à 1 000 € pour une VMC simple flux autoréglable, 1 200 à 1 600 € pour une VMC hygroréglable. Les systèmes hygroréglables sont toujours plus chers à l’achat car plus élaborés que les kits de VMC simple flux autoréglables. Pensez à comparer les prix d’un magasin à l’autre car ils peuvent beaucoup varier.

VMC autoréglable ou hygroréglable ?

Si vous habitez une maison ancienne dont l’étanchéité à l’air est peu performante, préférez une VMC simple flux autoréglable. Si vous comptez réaliser des travaux d’étanchéité avant de changer votre système de ventilation, orientez-vous vers une VMC simple flux hygroréglable.

Suite à des travaux d’isolation, sachez que votre système de ventilation doit toujours être repensé. Il est souvent question de rendre votre ventilation plus performante suite à l’amélioration de l’étanchéité de votre maison. Dans les autres cas, veillez à vérifier le bon fonctionnement de votre ventilation et à envisager de la changer si vous remarquez des dysfonctionnements. C’est une question de santé pour vous et votre famille.

Adrien, référent technique rénovation

La capacité de la VMC

Toutes les VMC n’offrent pas le même nombre de piquages sanitaires, c’est-à-dire de sorties pour placer des gaines et des bouches d’extraction. Veillez donc à ce que leur nombre corresponde à la configuration de votre logement et à vos besoins. Les VMC les plus polyvalentes proposent 6 piquages contre 3 pour les plus simples. À garder en tête !

La dimension de la VMC

Prenez en compte les dimensions de votre nouveau modèle de VMC. Et encore plus si vous avez des contraintes de place (installation dans des combles aménagés ou dans un placard). Des modèles de petite taille existent. Plus coûteux, ils vous offrent moins de piquages.

La gêne sonore

La VMC simple flux peut être bruyante si elle est installée dans votre maison. Veillez donc à choisir des modèles plus silencieux si vous êtes dans ce cas de figure.

Quelles modalités d’installation pour une VMC simple flux ?

Bien que l’installation d’une VMC simple flux soit plutôt facile à réaliser, le mieux est de recourir à un professionnel certifié RGE (Reconnu Garant de l’Environnement) Qualibat. En véritable expert, il installera votre nouvel équipement dans les règles de l’art et vous permettra de bénéficier des aides financières en vigueur. Voici quelques modalités d’installation à prendre en compte…

Emplacement du groupe moteur

En général, le caisson est placé dans vos combles non habitables. Pour éviter les problèmes de condensation, votre professionnel devra isoler les gaines qui y sont présentes. Notez que le diamètre de sortie en toiture doit être au moins égal au diamètre de la sortie sur le caisson. Comptez 160 mm de diamètre.

Position des entrées d’air

Les entrées d’air sont positionnées sur les ouvrants de vos fenêtres, sur les coffres de vos volets roulants (limite l’apport d’air froid) ou encore dans vos murs.

Disjoncteur sur circuit électrique dédié

C’est obligatoire pour l’installation de votre VMC. Un circuit électrique dédié avec disjoncteur permet de protéger votre VMC et votre installation électrique des courts-circuits, d’une coupure de courant ou d’une éventuelle surchauffe.

Compatibilité avec le chauffage au bois

Vous serez content de savoir que la VMC simple flux est compatible avec tous les appareils de chauffage au bois du moment qu’ils disposent d’une entrée d’air dédiée. Si vous vous chauffez avec un insert ou une cheminée, il peut être intéressant de mettre en place un dispositif de coupure de VMC pour en faciliter l’allumage.

Quel entretien pour une VMC simple flux ?

Parce qu’une VMC négligée a tendance à s’encrasser, il est important de prévoir un entretien régulier du caisson moteur, des gaines mais aussi des bouches d’extraction et des grilles d’entrée d’air. Pour maintenir les performances de votre ventilation sur la durée, pensez aussi à prévoir un contrôle avec votre professionnel RGE Qualibat, tous les 1 à 2 ans.

Le moteur

Avant de manipuler le moteur de votre VMC, coupez l’alimentation électrique pour éviter tout risque d’électrocution. Procédez ensuite au dépoussiérage du moteur (dessus si vous ne pouvez pas l’ouvrir), au contrôle des roulements, et vérifiez que le caisson est correctement suspendu. Un caisson mal fixé peut devenir bruyant !

Les gaines

Vous n’avez pas grand chose à faire du côté des gaines de votre VMC si ce n’est vérifier qu’il n’y ait pas d’eau à l’intérieur et qu’elles soient bien branchées au caisson moteur pour éviter les fuites. Si elles sont encrassées, vous pouvez les lavez à l’eau.

Les bouches d’extraction

Les bouches d’extraction ont tendance à capter la poussière ce qui peut les obstruer. Si elles ne sont pas nettoyées régulièrement, la présence d’humidité peut occasionner des moisissures. Pour éviter ces problèmes et assurer le bon fonctionnement de votre VMC, pensez à nettoyer régulièrement les bouches d’extraction à l’aide d’un chiffon humide.

Les grilles d’entrée d’air

Enfin, vérifiez que vos grilles d’aération ne sont pas bouchées et nettoyez-les à intervalle régulier avec un chiffon humide. Rien ne viendra entraver le renouvellement de votre air intérieur !

 

Les aides financières dédiées à la VMC simple flux

Vous recherchez des solutions de financement pour l’installation de votre ventilation ? En raison de son prix accessible, la VMC simple flux n’est pas éligible aux aides majeures que sont la Prime Énergie Sonergia et MaPrimeRénov’. En revanche, vous pouvez profiter de l’éco-prêt à taux zéro en incluant votre installation dans le financement de travaux de rénovation plus larges et de la TVA à 5,5 %.

Éco-PTZ

L’éco-prêt à taux zéro est un dispositif de financement proposé par l’État. Ouvert à tous, sans plafond de revenus, il est cumulable avec la Prime Énergie Sonergia et MaPrimeRénov’. Grâce à lui, vous pouvez financer vos travaux sans payer d’intérêts.

TVA à 5,5 %

Avec son taux préférentiel, la TVA à 5,5 % réduit encore le coût de vos travaux. Elle vous permet d’acheter vos matériaux et vos équipements à prix réduit et de faire baisser le coût de la main d’œuvre que vous employez. À ne pas laisser passer !

Quid des aides locales ?

Pour réduire davantage le budget de vos travaux, vous pouvez aussi trouver un appui financier auprès des collectivités locales. Pour connaître les aides proposées par votre commune ou votre région, consultez l’outil de l’agence nationale pour l’information sur le logement (ANIL) : toutes y sont recensées !

 

Ce que la VMC simple flux vous fait gagner

Une ventilation bon marché

Peu onéreuse à l’achat, la ventilation mécanique contrôlée simple flux vous offre une solution de ventilation simple et efficace. Adaptée à la rénovation, peu encombrante à l’installation, elle est idéale pour améliorer le renouvellement de votre air intérieur sans que vous ayez à investir.

Une meilleure qualité de l’air

Plus performante que la ventilation naturelle, la mise en place d’une ventilation mécanique vous permet d’avoir une meilleure qualité de votre air intérieur. Certains systèmes de VMC simple flux sont d’ailleurs optimiser pour faire la chasse à l’humidité. Exit les risques de moisissures.

Une baisse de vos factures

La VMC simple flux consomme peu d’électricité pour fonctionner. En limitant les déperditions de chaleur occasionnées par les systèmes de ventilation naturelle, et donc en limitant vos besoins en chauffage, elle vous fait même économiser.

 

La VMC simple flux en bref
  • Les déperditions de chaleur liées au renouvellement de l’air représentent jusqu’à 20 % des dépenses énergétiques d’un logement, d’où l’importance d’une ventilation performante.
  • La VMC simple flux est une solution de renouvellement de l’air intéressante car plus avantageuse que la ventilation naturelle et moins chère que la VMC double flux.
  • Économique, facile à installer et à entretenir, elle ne consomme que très peu d’énergie.
  • La VMC simple flux n’est pas éligible à la Prime Énergie Sonergia ni à MaPrimeRénov’.

 

Nos équipes répondent à vos questions

Quels sont les inconvénients d’une VMC simple flux ?

Très efficace pour renouveler votre air intérieur, la VMC simple flux peut entraîner des déperditions de chaleur importantes et une sensation de courant d’air froid à proximité de vos fenêtres. Autre désavantage, elle ne vous donne pas droit aux aides financières majeures de la transition énergétique.
Rédigé par : Stéphanie

Sensible aux enjeux de la transition écologique, Stéphanie se consacre à partager ses découvertes sur les travaux de rénovation énergétique. À travers ses articles, elle souhaite vous aider à faire des choix plus responsables pour votre logement et la planète.