Accueil » Actualités » Pourquoi choisir le poêle à bois ?

Pourquoi choisir le poêle à bois ?

Vous rêvez de vous réchauffer près d'un poêle à bois et de le voir crépiter ? Explorez son fonctionnement, ses caractéristiques mais aussi les avantages et les inconvénients des différents modèles de poêle à bûches... Et pour vous aider à rendre votre rêve réalité, découvrez les aides financières à votre disposition ! 
Temps de lecture : 8 min
Rédigé par : S.
Dans cet article

Poêle à bois : comment ça fonctionne ?

Le poêle à bois est un appareil de chauffage indépendant qui utilise le bois comme source d’énergie. Écologique, économique, esthétique… il a de nombreux avantages à son actif. Le bois est, en effet, un combustible renouvelable et bon marché. Il est utilisé sous forme de bûches ou de granulés, aussi appelés pellets. En dehors des poêles de masse, les poêles à bois servent de chauffage d’appoint. Ils permettent de faire des économies d’énergie, notamment à l’intersaison (printemps, automne).

Relativement simple, le fonctionnement d’un poêle à bois repose sur plusieurs éléments :

  • une chambre de combustion fermée ;
  • des bûches ou des granulés (pellets) ;
  • une entrée d’air permettant l’apport d’oxygène ;
  • un conduit d’évacuation des fumées.

Le poêle à bûches

Cet appareil de chauffage classique permet de chauffer une ou plusieurs pièces en diffusant rapidement la chaleur dégagée. Son fonctionnement repose sur la combustion des bûches de bois. Pour optimiser au maximum la diffusion de la chaleur, le poêle à bois est souvent placé au rez-de-chaussée de la maison, dans une pièce centrale.

Le poêle à granulés

Le poêle à granulés a l’avantage de diffuser une chaleur constante sur une plus longue durée que le poêle à bûches, un gage de meilleurs rendements. Ses autres points forts ?  Sa maintenance facilitée (il n’est pas nécessaire d’insérer des bûches régulièrement) et son stockage aisé (les sacs de granulés sont moins imposants que les bûches de bois).

 

Les différents types de poêle à bois

Le choix d’un poêle mérite un temps de réflexion. Mais aussi et surtout la prise en compte de quelques critères tels que le rendement, la puissance et le mode de combustion du poêle. Exit les poêles à bois classiques qui ne permettent pas d’atteindre le rendement minimal requis pour répondre aux prérequis de la transition énergétique. Restent les poêles modernes au rendement minimal de 75 %. Voici leurs caractéristiques…

Poêle de masse

Le poêle de masse

Poêle turbo combustion

Le poêle turbo combustion

Poêle double combustion

Le poêle à double combustion

Le poêle de masse ou poêle à accumulation a quelque chose de plus que les autres… Contrairement aux autres poêles à bois, il permet d’assurer le chauffage de toute la maison.
Pour accumuler beaucoup de chaleur, il puise dans deux sources d’énergie :

  • celle issue de la combustion du bois ;
  • celle issue des calories produites par la fumée.

Une fois les bûches brûlées, les calories sont récupérées et emmagasinées pour être diffusées dans la pièce pendant plusieurs heures après l’extinction du feu. Doté d’une puissance de chauffe supérieure, ce type de chauffage a l’inconvénient d’être très massif (il peut peser de 600 kg à plusieurs tonnes) et d’être assez onéreux.

Comme les autres poêles à bois, le poêle turbo combustion est conçu pour servir de chauffage d’appoint. La différence tient à son système de combustion amélioré dans lequel la chambre à combustion est alimentée par deux arrivées d’air :

  • l’entrée d’air primaire, orientée vers la partie basse du poêle, déclenche la combustion ;
  • l’entrée d’air secondaire, orientée à mi-hauteur, traite les gaz imbrûlés avant de les évacuer.

Les gaz non brûlés lors de la première combustion le sont donc à la seconde. Rien n’est perdu ! Résultat, le rendement est bien supérieur au poêle à bois traditionnel. Seul bémol, la consommation de bois est plus importante.

Encore plus performant que le poêle turbo consommation, ce type de poêle à bois moderne dispose de deux chambres de combustion distinctes et deux arrivées d’air. Explications :

  • lors de la première combustion, l’air embrase le combustible et crée de la chaleur ;
  • lors de la deuxième, la nouvelle arrivée d’air vient alimenter la combustion et enflammer les gaz ce qui permet d’éliminer un maximum de particules et d’optimiser la chaleur émise, d’où son rendement énergétique plus élevé.

Sachez que vous pouvez retrouver les informations de rendement et de puissance dans les caractéristiques techniques délivrées par les fabricants de poêle à bois. Ne vous fiez pas uniquement à la puissance : un poêle à bois superpuissant n’est pas forcément la solution pour votre maison. Ce que vous devez rechercher, c’est une puissance proportionnelle à votre surface à chauffer. Comptez 1 kW pour 10 m² (ou 20 m² si votre logement est très bien isolé).

Adrien, référent technique rénovation

 

Le poêle à bois en pratique

Vous êtes bien décidé à installer un poêle à bûches ? Maintenant que vous savez quel type de poêle vous convient, choisissez votre équipement labellisé Flamme Verte et tenez-vous prêt à remplir toutes les conditions d’installation et d’entretien requises. Comme toujours, nous sommes là pour vous guider…

Un choix facilité par les labels

Grâce au label Flamme Verte, vous êtes sûr de choisir un poêle à bois conforme aux objectifs de la transition énergétique et donc éligible aux aides financières qui y sont dédiées. Lancé à l’initiative de l’ADEME (Agence de la transition écologique) et des fabricants de systèmes de chauffage, ce label vous aide à identifier les appareils au bois dont la qualité, la performance et le faible taux d’émissions polluantes sont reconnus. Vous pouvez choisir un poêle à bûches Flamme Verte les yeux fermés (ou presque) car vous êtes sûr que son rendement minimal atteint les 75 %.

Peu de conditions d’installation

Tous les logements ne se prêtent pas à l’installation d’un poêle à bois et pour cause ! Un poêle à bois pèse au minimum 50 à 70 kg et doit être posé sur un socle résistant au feu, à distances d’éléments inflammables pour limiter le risque d’incendie. Seule condition restante, la mise en place d’un conduit permettant l’évacuation des fumées de combustion si vous n’en avez pas.

Un entretien régulier obligatoire

La durée de vie d’un équipement dépend en grande partie de la qualité de son entretien. Le poêle à bois ne déroge pas à cette règle. En plus de l’entretien quotidien (retrait des cendres, nettoyage de la vitre) et des deux ramonages annuels obligatoires, n’oubliez pas de réaliser le contrôle annuel obligatoire avec un chauffagiste professionnel si votre poêle est à ventilation. Son objectif est de s’assurer du bon état de votre appareil et d’en améliorer le rendement si nécessaire.

 

Les aides financières pour poêles à bois

Changer votre système de chauffage à moindre coût ? C’est ce que permettent les aides financières telles que la Prime Énergie Sonergia (ou prime CEE) et MaPrimeRénov’, une subvention délivrée par l’Anah. Certaines d’entre elles sont d’ailleurs accessibles à tous ! Découvrez vos options de financement…

Prime Énergie Sonergia

Accessible à tous, sans plafond de revenus, la prime énergie CEE (Certificats d’Économie d’Énergie) est une aide financière majeure pour réduire le coût de vos travaux de rénovation. Le montant de la prime dépend de plusieurs facteurs : votre habitation, votre situation personnelle et la nature de vos travaux. Une condition supplémentaire est posée : que vos travaux soient réalisés par un artisan RGE (Reconnu Garant de l’Environnement).

MaPrimeRénov’

Délivrée par l’Anah (Agence nationale de l’habitat), cette aide financière propose deux types de prise en charge selon la nature des travaux. Le premier concerne les travaux spécifiques et peut s’additionner à la Prime Énergie Sonergia. Le second couvre les travaux de rénovation d’ampleur et intègre automatiquement la prime CEE. Dans un souci de résultat, ce parcours bénéficie d’un accompagnement technique, administratif et financier.

Éco-PTZ

L’éco-prêt à taux zéro est un dispositif de financement proposé par l’État. Ouvert à tous, sans plafond de revenus, il est cumulable avec la Prime Énergie Sonergia et MaPrimeRénov’. Grâce à lui, vous pouvez financer vos travaux sans payer d’intérêts.

TVA à 5,5 %

Avec son taux préférentiel, la TVA à 5,5 % réduit encore le coût de vos travaux. Elle vous permet d’acheter vos matériaux et vos équipements à prix réduit et de faire baisser le coût de la main d’œuvre que vous employez. À ne pas laisser passer !

Quid des aides locales ?

Pour réduire davantage le budget de vos travaux, vous pouvez aussi trouver un appui financier auprès des collectivités locales. Pour connaître les aides proposées par votre commune ou votre région, consultez l’outil de l’agence nationale pour l’information sur le logement (ANIL) : toutes y sont recensées !

Pas d’aides financières sans un rendement énergétique supérieur ou égal à 75 % pour un poêle à bûches (87 % pour un poêle à granulés !). Et pas non plus sans un taux d’émission de monoxyde de carbone inférieur à 1500 mg / Nm3 pour un poêle à bûches (300 mg / Nm3 pour un poêle à granulés), et sans un taux d’émission de particules fines inférieur à 40 mg / Nm3 pour le premier (30 mg . Nm3 pour le second). Vous avez aussi l’obligation de faire appel à un professionnel RGE (Reconnu Garant de l’Environnement) pour l’installation de votre poêle à bois.

Natacha, référente conformité réglementaire

 

Ce que le poêle à bois vous fait gagner

Une source d’énergie renouvelable

À l’inverse des énergies fossiles qui s’épuisent, le bois se renouvelle constamment au sein de nos forêts. Bien plus, il a une empreinte carbone neutre, dans le sens où la quantité de gaz à effet de serre qu’il rejette lors de sa combustion ne peut excéder celle qu’il a absorbée tout au long de sa vie. Choisir le poêle à bois, c’est donc vous engager sur la voie de la durabilité !

Une baisse de vos factures d’énergie

Avec le combustible le moins cher du marché et un rendement de 75 à 90 % (pour les modèles à double combustion), le poêle à bois est une solution pour faire baisser vos factures d’énergie et échapper aux envolées des prix de l’électricité, du fioul ou du gaz. Très concrètement, vous pouvez réaliser jusqu’à -50 % d’économies.

Un très bon confort thermique

Un poêle à bois restitue la chaleur lentement et sûrement au sein de votre maison. Elle permet une bonne homogénéité des températures dans les pièces que vous chauffez. Vous bénéficiez ainsi d’une chaleur maîtrisée et très agréable, tant en hiver qu’au changement de saison.

Une ambiance chaleureuse

Le poêle à bûches peut beaucoup apporter à votre décoration intérieure ! Grâce aux multiples designs, aux différents matériaux utilisés, mais aussi à l’esthétique d’un feu de bois, vous pouvez en faire un élément clé de votre pièce de vie… Une invitation à retrouver le plaisir d’un feu de cheminée sans les inconvénients !

 

Le poêle à bois en bref
  • Le poêle à bois offre un chauffage d’appoint intéressant grâce à son combustible peu cher.
  • Le poêle de masse fait figure d’exception : il peut chauffer tout votre logement.
  • Un poêle à bois peut vous faire économiser jusqu’à 50 % sur votre facture de chauffage.
  • Plus qu’un système de chauffage, le poêle à bûches peut métamorphoser votre intérieur.
    Grâce à la variété des designs, vous pourrez en faire un élément clé de votre décoration.
  • Pour financer votre poêle, pensez à la Prime ­Énergie Sonergia et à MaPrimeRénov’, une aide de l’Anah.
  • Faites appel à un professionnel RGE pour installer votre poêle à bûches.
    C’est une condition pour toucher vos primes et un gage de qualité pour l’installation de votre équipement.

 

Nos équipes répondent à vos questions

Quel poêle à bois choisir pour une maison de 100 m² ?

Choisissez un poêle à bois d’une puissance de 4 à 10 kW pour une surface à chauffer inférieure à 100 m² si votre maison bénéficie d’une isolation suffisante. Il vous faudra veiller à ce que la puissance de votre appareil soit proportionnelle à vos besoins de chauffage.

Comment installer un poêle à bois sans conduit de cheminée ?

En général, un poêle à bois est raccordé à un conduit d’évacuation des fumées mais il est possible d’en installer un sans à condition de prévoir une sortie spécifique en toiture, en façade ou en ventouse. Cette dernière option la meilleure solution car moins onéreuse, plus facile à réaliser et sans risque de taches de fumées sur votre façade.

Faut-il choisir un poêle à bois ou à granulés ?

Le poêle à bois englobe les poêles à bûches et les poêles à granulés.

Le poêle à bûches se charge et s’allume manuellement au contraire du poêle à granulés, autonome au moins 24 h et programmable. Le premier est plus fiable que le second, d’où sa garantie plus longue. Le poêle à bûches diffuse une chaleur intense mais plus mal répartie qu’avec le poêle à granulés. Les bûches, souvent humides, rendent le poêle moins performant que les granulés. Côté prix, peu de différence à l’achat mais il faut relever que les bûches restent moins chères que les pellets.

  • Si vous envisagez un usage régulier de votre poêle, optez pour le confort d’utilisation et les pellets.
  • Si vous souhaitez un chauffage d’agrément, optez pour le poêle à bûches.
Rédigé par : Stéphanie

Sensible aux enjeux de la transition écologique, Stéphanie se consacre à partager ses découvertes sur les travaux de rénovation énergétique. À travers ses articles, elle souhaite vous aider à faire des choix plus responsables pour votre logement et la planète.

Plus de conseils pour vous aider à rénover